Mysty K Dub

header-b2

L’histoire du groupe

   Mysty K Dub ( PP à la basse, Rod à la batterie et au chant, et Tofo aux claviers) a donné ses premiers concerts au début des années 2000 et en a, depuis, aligné plus de 300 dans tout l’Hexagone. Le groupe de reggae dub, avec Fully Faya à la guitare, Chass à la technique et quelques amis invités, a enregistré un premier CD en février 2010, «Secret connections». Un album qualifié de grand public, tiré à 1.000 exemplaires, produit et distribué par les musiciens eux-mêmes.
5

   La rencontre avec Winston McAnuff, musicien jamaïcain très connu au Japon et qui tourne en France depuis une demi-douzaine d’années, s’est faite tout naturellement.

« Il n’y a pas de hasard. Des rencontres comme celle-là viennent par des réseaux, des connections secrètes… Et pour nous, ça fait vraiment plaisir de travailler avec un grand monsieur comme lui ».

 

Winston McAnuff et Camille Bazbaz

   Un vinyle de quatre titres, maxi 45 tours pressé avec grand soin en Allemagne, est sorti en ce début d’année à 300 exemplaires. Un disque dans la bonne tradition, destiné à faire la jonction avec le volume 2 de «Secret connections». L’aventure se poursuit donc avec Winston McAnuff, auteur d’un titre sur le premier volume et deux sur le second, et avec Camille Bazbaz, ravi de s’attaquer aux arrangements sur les morceaux du Jamaïcain. De fil en aiguille, il s’est également mis aux arrangements des Mysty K Dub.

   C’est donc aux alentours de 2005 que les membres du groupe ont sorti leur première démo Vibrations suivit en 2007 par Force. Ardents défenseurs d’un dub des origines, joué live, ils produisent une musique authentique. Les successions de dates de concert les emmène a faire les premières parties de chanteurs comme Earl Sixteen ou Burning Spear mais aussi, et surtout, à rencontrer les Improvisators dub. En effet c’est au coté de Manutension qu’en 2008 ils sortent avec celui ci au mix In Jamaica with friends avec des cuts de Welton Irie, Lone Ranger et Daddy Seb entre autres. L’aventure continue épisodiquement par des apparitions comme sur la compilation Step 4I part 5 du netlabel ODG. Ils prennent alors le temps de d’emprunter le chemin de l’indépendance et de fonder leur propre studio le « White Ark ». Référence évidente au très célèbre Black Ark Studio de Lee Scratch Perry le White Ark permettra de mettre en boite la rencontre avec Camille Bazbaz et Winston Mc Anuff entre autre sur So Happy to see you qui introduit Secret Connections Volume 1.

 

Juin 2012 / Guy Pellen / Source

Aucun commentaire pour l'instant

Vous devez être connecté pour envoyer un commentaire.

Aucun trackback pour l'instant